Si vous n'arrivez pas à lire correctement ce message, cliquez ici

Oser le conflit, éviter la violence

Les nouvelles du jeudi du 12 mars 2020

La panique

Fuite

Bonsoir,

À la une ce jeudi: La panique

Si un lion affamé entre dans la pièce où j'écris, j'aurai raison, sinon de paniquer, du moins d'avoir peur. Je ne finirai pas ma phrase, je ne sauvegarderai pas mon travail, je ne fermerai pas mon ordinateur. Car, comme le dit le personnage Buzz l'Éclair dans Toy Story, au moment où il se trouve perdu dans l'immense ville avec son compère: "c'est l'occasion rêvée de paniquer!".

Mais la panique, ce n'est pas seulement avoir peur: c'est voir sa peur flamber, s'emballer, comme un moteur qui s'affole et qui n'embraye plus sur la réalité. Et c'est une chose de paniquer, mais c'en est une autre de paniquer collectivement. Comme lorsqu'une épidémie se déclare dans un pays.

Un ancien épisode d'une histoire, une question, très adapté à la situation du moment: La peste va à Damas

Une histoire, une question n°86: Pas deux fois

Un groupe de touristes immobilisés quelque part dans le monde dans un coin perdu. On leur donne pour nourriture de veilles rations dont la date de péremption est dépassée. Ils décident d’en donner au chien de la maison. Celui-ci mange la nourriture sans dommage. Les touristes peuvent se nourrir. Mais, le lendemain…

Écouter l'histoire

Une histoire, une question sur Youtube

La peur, c'est l'enfant en nous qui panique.

Tahar Ben Jelloun (1944-) - Écrivain franco-marocain

J'ai souvent dit ici combien la peur nous est nécessaire. Sans elle, nous ne saurions simplement survivre ni, plus largement, nous prémunir des dangers. Il est vrai cependant que l'excès de peur nous entrave, voire nous paralyse. Ainsi de la panique qui nous prive de tout moyen. Cette citation nous dit aussi que cet excès de peur nous vient de notre histoire. L'enfance est le temps des expériences gigantesques quand nous sommes petits dans un monde immense. L'excès de peur, c'est voir le danger plus grand qu'il n'est; c'est voir le monde tout entier comme nous le voyions enfants.

Tête de mort

Tout ça va très mal finir

C'est une boutade que j'aime à dire régulièrement. Un peu d'humour noir pour relativiser les situations. Dans les moments de panique, nous laissons libre cours à notre instinct qui nous pousse vers des réflexes primaires tels que la fuite. Nous nous conduisons comme des animaux affolés. Ce qui nous distingue de la gent animale est probablement nous avons conscience de notre fin. Ce qu'on appelle les pressions existentielles, au rang desquelles se trouve en effet la "finitude". "Tout ça va très mal finir", c'est un peu le memento mori des chrétiens du Moyen Âge, "souviens-toi que tu vas mourir", qui avait vocation à pousser à l'ascèse et à l'élévation spirituelle. Au fond, c'est une façon d'allumer un contre-feu et de jouer la peur de mourir contre la peur du moment. Laquelle n'est souvent pas à la hauteur de l'inéluctable de notre destinée. Le tout afin de nous souvenir que, certes, nous allons mourir mais que le temps n'est pas encore venu et qu'il nous est donné de jouir encore de ce monde, si imparfait soit-il.

L'instant pub

Le voyage héroïque

Le voyage héroïque: une nouvelle édition les 4 et 5 juin

Le voyage héroïque est d'abord un voyage intérieur à la rencontre de son héros personnel, celui qui, selon la citation de Romain Rolland, "fait ce qu'il peut, quand les autres ne le font pas".

  • Trouver l’élan pour répondre à vos aspirations profondes
  • Conjuguer vos talents pour ouvrir de nouvelles voies
  • Clarifier et affirmer vos envies d’entreprendre (au sens large d’entreprendre un projet professionnel ou personnel)

Inscription avant le 30 avril, 10% de réduction pour les inscriptions précoces

Lire la suite...

L'agenda

Groupe continu de Gestalt-thérapie: 5 dates avec Bénédicte Brillaud à Paris. La prochaine le 21 mars prochain.

Oser le conflit: Dépasser ses craintes à faire entendre sa voix, les 18 et 19 mai à Paris.

Le voyage héroïque: Jeudi et vendredi 4 et 5 juin 2020 – développez votre puissance, clarifiez vos envies – envie de projet, envie d'entreprendre, envie de transformation – et les freins ou peurs qui vous entravent.

Partagez sur Facebook
Twitter
Partagez sur LinkedIn

Pour s'inscrire à cette lettre et retrouver toutes les nouvelles précédentes, rendez-vous sur https://www.lqc.fr/jeudi

Laurent Quivogne

Oser le conflit, éviter la violence
Accompagnement de dirigeants, leurs équipes et de particuliers

quivogne@lqc.fr – 0675203390

Sur mon site

Pour l'entreprise: sur la page d'accueil: www.lqc.fr

Pour les particuliers: www.lqc.fr/gestalt

Oser le conflit, éviter la violence

La boutique

Des livres, récits de marche ou "Se nourrir de l'incertitude pour entreprendre": https://www.lqc.fr/boutique/

Et aussi

Livre blanc sur l'animation: https://www.lqc.fr/comment-animer-un-groupe/
 

Mon profil LinkedIn
Suivez-moi sur Facebook
Me suivre sur Twitter

Cet email a été envoyé à , cliquez ici pour vous désabonner.