Vivre la perspective de l’effondrement

Traverser la sidération

Quelques questions au service d’un projet

Vous avez été nombreux à répondre à quelques courtes question sur le sujet: comment vivez-vous la perspective de l’effondrement.

Cette page vous permet d’accéder aux résultats de cette enquête.

Qui suis-je ?

J’ai une formation scientifique et j’exerce aujourd’hui en psychothérapie. Deux approches qui font que je m’intéresse de façon croisée à l’impact de la perspective de l’effondrement sur les comportements. Mon premier sujet d’étude a été moi-même (voir encadré). J’ai été suffisamment affecté pour penser que cela pouvait concerner d’autres personnes et que je pourrais leur être utile.

Le projet

Le projet est d’aider des personnes face à la perspective de l’effondrement. Avec le postulat que c’est par la solidarité que nous traversons les crises. D’où l’idée de travailler en groupe.

Mais d’abord, il me faut savoir si ce que j’ai traversé est partagé par d’autres. Ainsi les quelques questions que je pose et auxquelles vous pouvez répondre en cliquant sur le lien « Enquête » ci-dessous.

 

Vivre la perspective de l'effondrement

Téléchargez le rapport
"Rapport d'enquête"

Cette procédure vous inscrit à ma lettre d'info:"Les nouvelles du jeudi". Vous pouvez vous désabonner à tout moment.






Références

Ci-dessous, quelques ouvrages sur le sujet.

Voir aussi ma proposition de participer à des entretiens ou un groupe sur le sujet.

Mon témoignage

En 2012, j’ai découvert les grandes problématiques environnementales à l’occasion d’une conférence de Jean-Marc Jancovici. J’étais alors le gérant fondateur d’une société d’informatique. C’est sans doute le point de départ de ma conversion qui devait avoir lieu deux ans plus tard, quand j’ai compris que le modèle que je défendais – du numérique en télétravail, mode généralisé du fonctionnement de l’entreprise – n’était pas aussi vertueux que je le pensais jusqu’alors.

En 2018, je découvre alors l’ouvrage « Comment tout peut s’effondrer » de Pablo Servigne et Raphael Stevens. C’est un nouveau choc car j’avais conscience des grands défis auxquels nous allons devoir faire face mais pas d’une si grande urgence.

J’ai pu observer, sur moi-même, comment être confronté à ces défis peut nous impacter et faire échos à des vulnérabilités anciennes, comme une agression qui ferait flamber une vieille douleur. Il m’a fallu faire tout un chemin pour apaiser l’émotion et ne plus vivre entièrement sous le choc.