Si l’équipe de direction va mal, ou tout simplement ne fonctionne pas correctement, c’est toute l’entreprise qui va mal. Voilà ce qui justifie le coaching de direction. Non seulement, l’équipe de direction est observée attentivement par les salariés et toutes les parties prenantes de l’entreprise – elle se doit donc d’être exemplaire – mais, de surcroît, elle a vocation à incarner l’entreprise.

En effet, à ce niveau de décision, sauf s’il ne s’agit pas d’une véritable équipe de direction, les personnes ne sont plus, ou plus seulement, dans la réalisation de missions qu’on leur confie, mais dans la définition du destin de l’entreprise.

Il importe donc que cette équipe fonctionne de façon fluide, ouverte et que les membres soient capables de se montrer authentiques en son sein.

Je réponds ici aux questions classiques : pourquoi, comment, combien, etc.

Pourquoi un coaching de direction ?

L’idée reçue numéro un est qu’il faut faire appel à un coach quand les choses ne vont pas bien, tout comme on va voir son médecin quand on est malade et non quand on est en bonne santé. Un coach n’est pas un médecin. Il n’est pas là pour « soigner » quoi que ce soit mais pour vous accompagner vers moins de dysfonctionnements et plus de performance. Plus vous attendez, plus son travail, et par conséquent le vôtre, sera difficile.

Mais, bien entendu, quand les choses vont bien ou, disons, qu’elles ne vont pas trop mal, alors l’équipe de direction a mille autres priorités, mille tâches autrement plus urgentes que de passer du temps avec un coach.

Bien que le coach en entreprise soit quelque chose de très différent du coach sportif, les deux activités ne sont pas sans ressemblance : si vous avez une vie professionnelle très remplie, il est possible que vous ne preniez pas le temps de vos occuper de votre forme physique. Aller à la piscine ou dans une salle régulièrement – ce n’est pas moi qui dirai le contraire ! – est une discipline qui n’est pas facile à tenir : il y a quantité de raisons de manquer un rendez-vous, puis deux, puis d’abandonner parce que, vraiment, « on n’a pas le temps ».

Se lancer dans un coaching, et dans un coaching de direction en particulier, c’est prendre du « méta-temps », du temps pour examiner et améliorer son propre fonctionnement et, par ricochet, le fonctionnement de l’entreprise.

Il me semble que l’équipe de direction est précisément là pour ça au sein de l’entreprise ; être ceux qui regardent la route quand les opérationnels ont le nez dans leurs tâches respectives. Suivre un coaching, c’est donc se faire accompagner dans cette démarche de faire pour eux-mêmes, ce que les membres de l’équipe de direction font pour l’entreprise.

Un coaching de direction : c’est quoi ?

Le premier bénéfice d’un coaching d’entreprise, c’est le temps pris pour s’examiner et s’améliorer, toutes choses auxquelles, bien souvent, les équipes de direction négligent de s’atteler, parce qu’elles sont sollicitées abondamment par ailleurs.

En conséquence, un coaching de direction, tout comme n’importe quel coaching, c’est du temps pris pour s’occuper de soi.

Il y a cependant d’innombrables manières de s’occuper de soi, y compris en entreprise. À cet égard, il souvent plus facile de dire ce que le coaching, et le coaching de direction en particulier, n’est pas : il n’est pas du conseil ni de la formation, même si le coach peut sur certains points dépendant de son expertise apporter du conseil ou de la formation ; il n’est pas du team building, même si rien n’empêche que certaines activités soient ludiques. En réalité, le coaching est d’abord ce que vous voulez qu’il soit, autrement dit, ce qu’il est dépend de votre demande.

Ainsi, en résumé, pouvons-nous dire que le coaching de direction est du temps passé en équipe de direction à répondre à une demande. Laquelle demande peut être mieux communiquer, mieux fonctionner, résoudre différemment les conflits, avoir un fonctionnement plus collectif, etc.

Le coach, dans ces circonstances, est celui qui vous accompagne sur ce chemin. Il est un expert du processus et non un expert de votre métier. Il ne vous apprendra pas comment le faire ni ne vous apportera de solutions toutes faites à vos difficultés. Il saura en revanche dans le processus de changement de fonctionnement en mettant en place les conditions du changement.

Coaching individuel versus coaching de direction

Quelle est la différence entre un coaching individuel, de un ou plusieurs individus, ou un coaching de l’équipe de direction ?

Mon premier élan est de dire : aucun. À part que l’organisme coaché est une équipe et non une personne individuelle. Ce qui modifie la façon qu’a le coach d’interagir avec les personnes, puisqu’il va d’abord les considérer comme les membres de l’équipe avant de les envisager comme personnes isolées. Si l’une d’elles dit quelque chose, le coach va toujours faire l’hypothèse que cette chose est dite au nom du groupe, même si des paroles divergentes peuvent s’exprimer.

De la même façon que, dans un coaching individuel, on ne considère pas la personne comme morcelée mais, au contraire, qu’elle est toujours la même, même si elle a des rôles multiples – et assurément elle a des rôles multiples, en tant que salarié, collègue, patron, parfois ami, confident, etc. –, on considère que le groupe est un. C’est une des raisons pour laquelle il importe que les membres de l’équipe soient assidus : si l’un manque, alors ce n’est plus le même groupe.

Où, quand et comment ça se passe ?

N’importe où, n’importe quand, mais pas n’importe comment… Ce peut être dans l’entreprise ou en dehors. En pratique, on mixera souvent les deux car sortir de son environnement aide à sortir de ses habitudes – ce qu’il va bien falloir faire pour changer – mais les contraintes organisationnelles ne s’y prêtent pas toujours.

Ce peut être à n’importe quel moment du développement de l’entreprise, même si ce facteur va évidemment influer sur le type de demande. Une jeune startup n’a pas les mêmes besoins qu’une entreprise familiale ancienne.

Toutefois, une vraie transformation nécessite du temps. Une opération ponctuelle peut certes être spectaculaire et apporter des résultats mais la durée est un facteur important. Il ne s’agit pas de mettre un nombre considérable de jours dans la balance, mais d’inscrire la démarche dans la durée. La plupart des vraies transformations se font à tout petits pas, ne serait-ce que pour ne pas brutaliser les personnes en allant à marche forcée, ce qui a en général l’effet inverse de celui escompté, provoquer des résistances.

Le « comment » dépend de la demande mais aussi de la spécificité du coach. Par exemple, j’interviens en mobilisant les gens corporellement : ma conviction est qu’on ne change pas, on ne se met pas en mouvement assis pendant des heures devant une table. Ce qu n’empêche que les activités peuvent être orientées pour prendre en compte les problèmes courants. Un coaching n’est pas fait que d’activités « hors sol » déconnectées du contexte. Certes, de telles activités sont proposées, pour mettre en condition, pour créer de la confiance, pour permettre des prises de conscience. Mais c’est aussi dans la résolution de situations réelles que le groupe progresse efficacement.

Combien ça coûte, combien ça prend de temps ?

Nous avons évoqué le temps ci-dessus. Ce peut être le temps d’un simple séminaire si c’est le choix de la direction, avec les réserves que j’ai émises ci-dessus. Plus efficacement, un coaching se déroule sur plusieurs mois, voire sur une année. Le temps investi dépend des objectifs mais il doit bien sûr être compatibles avec les agendas des uns et des autres. Sachant qu’un rendez-vous pris ne saurait, pas plus qu’un rendez-vous client, être annulé sauf cas de force majeure.

Le prix d’un coaching est d’abord le coût de l’équipe ; le temps pris considéré comme un investissement. À quoi il faut ajouter les honoraires du coach.

Ces honoraires sont à la fois très variables d’un coach à l’autre et, en même temps, suivent une règle de marché assez bien établie. Ils varient généralement, pour une journée de 1500 à 3000 euros ou plus, selon la taille de l’entreprise et le coach lui-même. À l’heure, le tarif est de l’ordre de 300 ou 500 euros mais certains vont au delà ou restent en deçà.

À qui faire appel pour un coaching de direction ?

Il y a deux critères importants pour choisir un coach :

  • Qu’il soit suffisamment « confortable »
  • Qu’il ne soit pas trop « confortable »

Suffisamment confortable, c’est-à-dire qui vous inspire confiance et dont vous sentez qu’il saura instaurer la confiance. Selon votre sensibilité, vous chercherez un coach plus ou moins « maternant », qui prenne en compte les difficultés des personnes et qui soit respectueux de chacun. Et selon ce qui vous importe, vous vérifierez ses références, ses diplômes, voire son expérience et sa « vie d’avant ». Les métiers que le coach a exercés avant de faire de l’accompagnement, sont souvent le terreau sur lequel il a cultivé sa pratique.

Pas trop confortable, parce qu’il s’agit de changer et qu’il faut un peu bousculer les habitudes. Personne ne change sans traverser une période d’inconfort et personne ne traverse une telle période sans manifester de résistance.

Dans tous les cas, une bonne façon de commencer votre recherche est… de me contacter !

Les autres articles « Pourquoi, comment »